De l'époque où le Président de la République "inaugurait les chrysanthèmes" Nicolas SARKOZY aura au moins conservé le goût des pots de fleurs... et la phobie des nains de jardin. C'est le constat ironique affiché par les journalistes de la télévision belge RTBF après la dernière visite du chef de l'Etat sur le site de l'équipementier automobile Faurecia à Caligny, dans l'Orne. Préoccupée par le faible engouement suscité par les visites de Nicolas SARKOZY en province (c'est un doux euphémisme), l'équipe du Président aurait discrètement organisé un plateau de figurants sélectionnés pour leur petite taille (dixit une participante) afin de poser aux côtés du chef de l'Etat devant un tapis de caméras savamment disposées.

La technique n'est pas nouvelle puisqu'elle a encore été utilisée par le ministre de l'Education dite nationale Luc CHATEL dans un supermarché il y a quelques jours. Elle a néanmoins de quoi inquiéter les derniers inconditionnels du Neuilléen complexé (il en reste paraît-il) : si le Président n'est même plus capable de se faire applaudir par des "vraies gens" durant ses discours, combien d'intermittents du spectacle va-t-il falloir embaucher pour assurer le remplissage des salles de meetings de l'UMP ? Peut-être s'adressera-t-on aux bénévoles du Puy-du-Fou pour faire la claque...

Au reste, nul ne s'étonnera de la discrétion des médias français au sujet de cette énième farce élyséenne. L'indépendance de la presse en France, ça ne peut être qu'une histoire belge.

Pierre CHEYNET
Source