Conférence de presse de Jean-Marie LE PEN à Carpentras :

27157020Mesdames, Messieurs,

Je suis heureux de vous accueillir et de tenir cette conférence de presse pour le Vaucluse dans cette ville de Carpentras tant chargée d’histoire et où le Front National a régulièrement fait de si bons scores.

Elle fut aussi, faut-il le rappeler, le lieu d’une scandaleuse provocation diffamatoire à l’égard du Front National.

C’est, en ce moment, la foire de la Saint Siffrein. Alors, en ces temps de débat -récupération ! – sur l’Identité nationale, quoi de plus roboratif que de constater la ferveur avec laquelle les Carpentrassiens fêtent la Saint Siffrein et honorent ainsi une tradition comtadine séculaire ! Voilà, en effet, près de 5 siècles que la foire de la Saint Siffrein existe…

Elle tire son nom de celui de l’évêque du VIIe siècle de Carpentras, Saint Siffrein, qui donna également son patronyme à la Cathédrale érigée entre 1405 et 1519. Face à la « discrimination positive » de M. SARKOZY et aux trahisons répétées de M. BESSON en matière de lutte contre l’immigration clandestine, nous disons « halte à l’escroquerie électorale sur l’Identité » et nous affirmons haut et fort avec le peuple provençal : « Provence, terre chrétienne séculaire et française, voilà notre identité ! »

Et pourtant, le Vaucluse concentre à lui tout seul tous les maux dont souffrent aujourd’hui une majorité de Françaises et de Français :
- une insécurité devenue littéralement insupportable,
Je tiens à remercier les Avignonnais qui ont manifesté il y a quelques jours en hommage à Françoise Combier, violée et assassinée à deux pas de la Cathédrale, le 31 octobre 1989.
- une immigration totalement incontrôlée et de plus en plus agressive,
- une pauvreté économique et sociale inquiétante.

Concernant l’insécurité,

Le Vaucluse accumule les tristes records :
En 2008 :
- Avignon est arrivé en tête des crimes et délits pour les villes de plus de 100 000 habitants avec 13 000 crimes et délits officiels, « officiels » puisque, selon l’Observatoire National de la Délinquance, seul 10% des victimes portent plainte ;
- Orange a comptabilisé 2 200 crimes et délits ;
- Cavaillon : 2 500 ;
- Quant à Carpentras : 2 800 !

Mais le pire reste encore à venir. Depuis le début de l’année 2009, la délinquance est encore et toujours à la hausse :

+ 36,67 % pour les vols à mains armées sur les 8 premiers mois de l’année par rapport à 2008 ;

+ 28,66 % pour les cambriolages ;

+ 18,81 % pour les violences physiques gratuites (!) également sur la même période. Les incendies de voitures se multiplient et les crimes odieux commis par des individus de plus en plus jeunes deviennent courants !

De façon tout à fait logique, on apprend que le Centre Pénitencier départemental du Pontet affiche un taux de 130 % d’occupation des cellules, soit une surpopulation carcérale inacceptable et lourde de conséquence. Voilà des années que nous affirmons qu’il faut construire 100.000 places de prisons supplémentaires en France. Pour éviter, justement, une surpopulation inhumaine et malsaine. Pour séparer correctement les différentes catégories de délinquants et de criminels. Pour faire cesser un scandale révoltant et permanent : celui qui consiste à permettre à tous les délinquants condamnés à moins de 18 mois d’emprisonnement de ne jamais aller en prison !

Concernant l’immigration,

Les zones de non-droit en Vaucluse ont pour nom : Monclar à Avignon, Docteur Ayme à Cavaillon ou Pou du Plan et Amandiers à Carpentras.

En effet, l’immigration-invasion, non maîtrisée et non contrôlée, entraîne la multiplication des zones de non-droit, où la loi française ne s’applique plus.

Invasion non contrôlée et parfois même encouragée, comme ici à Carpentras où a été créé cette année un centre d’hébergement pour femmes sans-papiers !

Or, la fracture nationale peut conduire au chaos. Nous en avons eu les prémices avec les Emeutes des « banlieues » de 2005. Les sifflets de La Marseillaise tout à fait symptomatiques ne sont cependant que le sommet d’un iceberg de mépris envers notre identité nationale…

Et l’Islam radical, qui tente d’asservir les populations immigrées avant de se retourner et de s’en prendre définitivement aux Institutions françaises, est un élément fondamental de la menace concrète qui pèse sur notre identité.

Trois valeurs, typiquement françaises, se trouvent ainsi bafouées :

- la laïcité, combattue par la mise en place de la Charia, au départ dans les « quartiers » ;
- la citoyenneté unique, directement attaquée par le concept de dhimitude (citoyenneté de seconde zone, réservée aux non-musulmans) ;
- la souveraineté de la Nation française, à laquelle s’oppose directement la « Oumma » (ou « internationale islamique »).

Dès lors, il n’est pas étonnant que certains spectacles s’observent de façon chronique, pour ne pas dire structurelle dans nos cités :

- que des élèves refusent de se plier à la règle commune ou d’assister à certains cours sous des prétextes religieux.
- Que des femmes doivent se voiler pour traverser certains quartiers, sous peine d’être importunées ou violentées.
- Que des horaires de piscine doivent être aménagés pour certaines communautés et des accoutrements aquatiques prétendument religieux doivent être acceptés contre tout hygiène et bon sens.

Parallèlement, grâce au laxisme et parfois aux encouragements des élus, les mosquées prolifèrent :
- après la mosquée d’Orange dont « le patron et ses fils auraient mis sur pied un vaste réseau de prostitution »,
- après celle de Montfavet « dont les riverains ne veulent pas »,
- une troisième mosquée sur Carpentras dont « on ne connaît pas l’origine des fonds ! » va voir le jour.

Concernant la dégradation de la situation économique et sociale,

Le Vaucluse n’est malheureusement pas en reste en matière de ruine économique et de sociale :

Le taux de chômage départemental était de 10,6 % à la fin du 2ème trimestre 2009, soit 1,5 point de plus que le taux de chômage national et presque 0,5 point de plus que le taux de chômage régional.

Rappelons que le chiffre du chômage n’est qu’indicatif et tout à fait inexact car il ne tient compte que d’une partie des catégories de sous-emploi. Nous avons démontré, à plusieurs reprises, que le nombre réel de chômeurs doit être, au moins, multiplié par deux !

Concernant l’activité des entreprises, les statistiques vauclusiennes sont plus qu’inquiétantes… A la fin du 2ème trimestre 2009, le chiffre d’affaires global des entreprises – tous secteurs confondus – reculait de 5,99 milliards d’euros (en 2008) à 5,68 milliards d’euros : soit une baisse de plus de 5 %, une récession de 5% en un an !!

Dans le même temps, le déficit de la balance commerciale du Vaucluse augmente de 59 %, passant de – 63 millions d’euros à – 100 millions d’euros !

Quant au nombre d’entreprises, à cause des multiples défaillances enregistrées, il diminue de 266 : le Vaucluse a perdu 266 entreprises en un an !

Et cette situation laisse les responsables publics dans l’indifférence la plus totale : les 240 salariés de la papeterie de Malaucène virés du jour au lendemain peuvent en témoigner !

Pour ce qui est de la situation sociale des Vauclusiens, nous assistons ainsi à un triste spectacle.

Selon une étude de la Direction Régionale de l’INSEE sur le niveau de vie des communes provençales, c’est encore le Vaucluse qui est en quelque sorte à l’amende : sur toutes les villes de plus de 1000 habitants, c’est Avignon qui compte le moins de propriétaires et c’est Carpentras qui a le plus bas revenu moyen par habitant (12.697 euros/an).

Enfin, rappelons qu’en Vaucluse, 15 % de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté. Sans doute le plus gros des scandales socio-économiques du département.

Un Etat tentaculaire et hypertrophié avec une masse de fonctionnaires supérieure à tous les pays d’Europe, une Immigration qui coûte plus de 70 milliards d’euros par an à la France, une mondialisation apportant son cortège de délocalisations et de crises qui ne cessent d’augmenter, voilà les grands maux que SARKOZY est incapable de combattre. Seuls ses mensonges, plus gros les uns que les autres, occupent la scène médiatique.

Une fiscalité insupportable, une discrimination positive exacerbée, une absence chronique de soutien structurel aux entreprises, seules créatrices de richesses, voilà les autres maux spécifiquement locaux qui frappent le Vaucluse, venant se rajouter aux dérives nationales.

La classe politique vauclusienne – dont M. Thierry MARIANI est le parfait exemple est bien la seule responsable de ce laxisme budgétaire, de cet aveuglement idéologique et de ce mépris du monde du travail, à commencer par les entreprises, spécialement petites et moyennes.

***

Ainsi, Mesdames et Messieurs, c’est pour lutter contre ces fléaux que sont :
- l’invasion migratoire et ses corollaires : la perte de notre identité et l’insécurité ;
- la ruine économique et son corollaire, la misère sociale ;

que je me présente aux Vauclusiens pour les élections régionales de mars 2010, en tête de la liste du Front National.

Je ne leur ai jamais menti, je leur ai toujours annoncé avec clairvoyance les malheurs auxquels les Français étaient exposés par les politiques menées depuis 30 ans par les responsables de droite comme de gauche.

Aujourd’hui, plus que jamais, seules les solutions que je leur propose permettront d’éviter la catastrophe qui les menace.

C’est par la protection des « Français d’abord » que j’entends arracher la Région Provence-Alpes-Côte-d’Azur de sa situation dramatique :
- Protection contre la racaille,
- Protection contre l’invasion
- Protection contre les délocalisations, le chômage et la misère :

En replaçant enfin les Français au premier rang des préoccupations publiques, et en ce qui nous concerne, des préoccupations du conseil régional de PACA.