aliot_300x194Communiqué de Louis Aliot, vice-président du Front National, candidat aux cantonales

A Perpignan, les grandes manœuvres ont commencé. Les élections ont ceci de particulier qu’elles contribuent à faire sortir de leur léthargie les politiciens locaux.

Jamais, le canton du Bas-Vernet n’aura connu pareille sollicitude. Le Maire, « le fils à son père » et « le mari de Madame » promettent et promettent encore pour tenter de faire oublier leur bilan calamiteux.

Le candidat UMP sur ce canton a même réussi l’exploit d’écrire à ses amis et à lui-même (par épouse interposée) afin que cesse l’insécurité dans ces quartiers. On croit rêver !

Hier des policiers ! Aujourd’hui une passerelle ! Et demain ? On rasera gratis !

Mais de qui se moque-t-on ?

- Qui dirige la France depuis 2002 ?
- Qui dirige la ville depuis 1993 ?
- Qui dirige l’Agglo ?
- Qui rassemble la totalité des parlementaires du département ?
- Qui a son épouse adjointe au maire de Perpignan ?

Il est urgent de juger l’arbre à ses fruits et de crier haut et fort que l’arbre Alduy, fait de bling-bling et de promesses jamais tenues, est une catastrophe pour la ville, l’agglo et le département.

Leur bilan est éloquent : précarité, régression sociale, économie stagnante, immigration sauvage, communautarisme, insécurité, équipements ruineux, difficultés agricoles et viticoles,  Europe du fric…et la liste n’est pas exhaustive !

Ayant été lourdement trompés par ces gens là, gageons que les Perpignanais se révoltent par les urnes et balaient cette classe politique qui n’a que trop duré…